Coccygectomie

Madame, Monsieur

Votre praticien vous a proposé une coccygectomie. Vous trouverez ci après des réponses aux questions que vous vous posez sans doute.

 

Qu’est ce que le coccyx?

 Il est constitué par les dernières pièces osseuses s’articulant tout en bas de la colonne vertébrale avec le sacrum et en sont le prolongement vers le bas et l’avant. Elles n’ont aucun but physiologique que ce soit mécanique sur le bassin ni sur la défécation, ni sur les activités sexuelles ou lors de l’accouchement. Il s’agit d’un résidu phylogénétique de notre queue de singe, bien moins nécessaire depuis que nous sommes bipèdes.

 

Quand proposer une coccygectomie?

Vous souffrez de cette zone (coccygodynie) depuis au minimum un an sans amélioration avant que l’on vous propose un geste chirurgical.

Les douleurs prédominent en position assise en fonction des sièges. Elles surviennent souvent de façon aiguë aux changements de position. Elles sont reproduites à la palpation en une zone très précise ou bien à la mobilisation.

Le bilan associe au minimum des radiographies dynamiques (debout puis après dix minutes de position assise) avec un examen morphologique (scanner ou IRM) afin d’éliminer les diagnostics différentiels.

Vous avez sans doute déjà bénéficié d’une prise en charge en centre anti douleur pour étayer ou conforter le diagnostic (les infiltrations ont un intérêt diagnostic et thérapeutique, notamment sur le phénomène d’instabilité). Dans certains cas précis d’épine irritative osseuse sous cutanée (après fracture consolidée dans une mauvaise position par exemple), douloureuse depuis plus d’un an, on peut proposer la chirurgie sans infiltration préalable.

 

En quoi consiste l’opération?

Elle consiste à ôter tout ou partie du coccyx. Vous êtes sous anesthésie générale. Des antibiotiques sont passés avant l’incision. Une courte incision est réalisée dans le prolongement du sillon inter fessier et à distance de l’anus qui est totalement isolé. Le décollement progressif sous cutané permet d’isoler les pièces à ôter.

Si l’examen met en évidence une épine irritative osseuse sous cutanée (par une fracture consolidée en mauvaise position par exemple) l’opération peut n’enlever que cette épine. Si en revanche il existe une instabilité franche, associée ou isolée, l’intégralité des dernières pièces sous la zone d’instabilité est enlevée.

La fermeture se fait sans drainage avec une infiltration sous cutanée d’anesthésique local pour limiter les douleurs post opératoires (Lidocaïne). Tous les fils sont généralement sous la peau sauf circonstance exceptionnelle. Un complément de colle est disposé.

 

Combien de temps dure l’hospitalisation?

Il est nécessaire que les trois premiers pansements soient réalisés au sein de la structure en présence du chirurgien (selon les principes mis au point par l’équipe pionnière des Pr Doursounian et Maigne). Cela implique en post opératoire de rester deux jours pleins et de sortir au troisième jour après un dernier pansement. 

 

Y a t il des consignes particulières?

Oui, il est recommandé de s’essuyer (après les selles ou après miction pour les femmes) dans un mouvement contre nature d’arrière vers l’avant jusqu’à l’obtention d’une cicatrisation complète.

Il est également recommandé de prendre sa douche juste avant le changement de pansement pour insister sur la zone transitionnelle entre le pansement et l’anus avant réfection du pansement.

Il est indispensable de poursuivre des soins infirmiers quotidiens à domicile jusqu’à l’obtention d’une cicatrisation complète.

 

Y a t il des risques?

Oui, comme pour toute intervention chirurgicale.

C’est principalement le risque d’infection qui est au premier plan, du fait de la proximité de l’anus vers le bas et du rectum en avant. Cela peut entrainer des ré interventions ou des soins locaux prolongés associés à la prise au long cours d’antibiotiques.

Il existe des risques exceptionnels d’hématome pouvant conduire à ré intervenir.

 

Quels sont les résultats?

 Le résultat sur la douleur se juge à un an de l’intervention.

La chirurgie conduit à une amélioration du phénomène douloureux dans 80% des cas.

 

Quel est le suivi après chirurgie?

La sortie d’hospitalisation se fait par véhicule personnel.

Il est nécessaire de faire le point sur la cicatrisation entre 7 à 10j du geste puis à un mois.

L’arrêt de travail est prévu jusqu’à un mois post opératoire.